Nous contacter





Actualité

Damià López, nouveau Directeur Général

Le Conseil d’Administration du Groupe INOXPA vous informe de la nomination de Monsieur Damià López au poste de Directeur Général

Sales meeting 2016

INOXPA Headquarters in Banyoles hosted the Sales Meeting 2016

entretien-avec-c-granes

Candi Granés: « Il faut être présent sur les marchés mondiaux »


Cándido Granés, président d'INOXPA, est l'un de ces entrepreneurs qui détectent les opportunités d'affaires et savent les exploiter. En avance sur son temps, il n'a pas peur de l'échec, ni de commettre des erreurs. En 1972, Cándido Granés qui est alors commercial dans un ancien atelier de pompes à eau à Banyoles, Bombas Félez, détecte des opportunités d'avenir dans un autre marché et se lance. Il crée Inoxpa et se spécialise dans la fabrication de pompes pour le secteur alimentaire en acier inoxydable. Cette entreprise de la province de Gérone est actuellement le leader de son secteur et présente sur cinq continents.

Elle se définit comme une entreprise mondiale aux racines locales, tournée vers les services et l'amour du terroir...

Il est évident qu'il y a 30 ans, lorsque je me suis lancé dans l'aventure internationale, je ne pouvais pas prévoir la répercussion et l'importance que cette décision aurait pour l'expansion future d'Inoxpa. En effet, de nos jours, il est incontournable d'être présent sur les marchés mondiaux. Dans les années 1980, au moment où j'ai décidé d'exporter les produits, ma première idée a été de les mettre en concurrence avec ceux des fabricants étrangers pour réussir à les améliorer d'un point de vue technique.

L'internationalisation est-t-elle nécessaire ?

En 2000, avec l'ouverture des marchés, l'arrivée des produits étrangers en Espagne s'est fait ressentir et je me suis lancé le défi de doubler notre chiffre d'affaires export à chaque équipement, pompe ou vanne vendu par mes concurrents sur le marché national. Aujourd'hui, le fait de structurer l'activité commerciale entre le marché national et l'international me semble étrange car la portée d'Inoxpa est mondiale et nous ne savons pas distinguer les marchés par nationalité. Nous sommes une organisation qui se bat et qui s'efforce d'être présente sur les cinq continents. De ce fait, nous pouvons communiquer dans les langues de chaque pays (plus de 15 langues différentes).

Est-ce un handicap d'être petit pour innover ou pour miser sur l'international ?

Non. Dans la mesure de ses possibilités, chaque entreprise devrait le faire. Que l'on aille au Portugal ou en Australie, on peut toujours exporter, en valorisant le potentiel de chaque entreprise.

L'ORIGINE

Comment Inoxpa est-elle apparue ?

Inoxpa n'est pas le résultat d'un plan stratégique. Je la dois en grande partie à l'ADN que m'ont transmis mes parents. Petits artisans de l'imprimerie, grâce à de nombreuses heures de travail et d'effort, ils ont réussi à faire vivre une famille pendant les années difficiles de l'après-guerre espagnole. Ils ont su forger mon caractère et ma volonté pour me permettre d'entreprendre une activité commerciale. Des concepts tels que le risque, l'universalité et l'amélioration constante, inhérents à une certaine manière d'être, voilà ce que je tente d'inculquer à l'équipe d'Inoxpa. La croissance n'a été que la conséquence de la préoccupation, de l'expérience acquise et d'une bonne équipe professionnelle.

Quelles ont été les plus grandes difficultés auxquelles vous avez été confronté ?

La crise de l'année 1993 m'a profondément marqué car nous sommes passés par des moments difficiles. Elle m'a permis d'apprendre que le fait de vendre, d'effectuer des recherches, etc., est très important, mais il faut toujours surveiller la gestion de l'entreprise.

On parle aujourd'hui énormément de la recherche, du besoin d'être mondial, etc., mais on ne parle pas assez de la fonction de gestion, qui est cruciale pour l'entreprise. En effet, il est indispensable que toutes les stratégies de l'entreprise visent la génération de bénéfices, car sans eux, la société n'aura que peu d'avenir.

Quel est pour vous le plus grand avantage d'être entrepreneur ?

Avoir la capacité d'entreprendre des rêves, de les concrétiser en des objectifs et de pouvoir assumer les risques inhérents à ce qui est inconnu. Proposer également de nouvelles opportunités de connaissance, de formation et d'expérience au personnel du groupe Inoxpa.

Les caractéristiques d'un brillant entrepreneur sont-elles innées ?

Dans la vie, pour toute activité, il faut présenter un certain profil d'attitudes. J'estime que c'est pareil si une personne veut devenir entrepreneur. Néanmoins aujourd'hui, un bon esprit entrepreneurial doit être accompagné d'une formation dans des centres spécialisés de direction d'entreprise.

Comment votre entreprise s'est-elle adaptée aux changements d'un monde de plus en plus globalisé ?

Si nous considérons que les marchés qui composent ce monde globalisé ne sont pas uniformes, il faut adapter les produits aux habitudes de vie de chacune des zones économiques vers lesquelles nous souhaitons destiner nos exportations. Nous analysons aujourd'hui l'opportunité de nous établir dans quatre pays différents (Égypte, Maroc, Angola et Sénégal). La première chose que nous avons jugé bon de faire est d'embaucher un technico-commercial dans chaque pays afin de rendre visite aux clients, d'analyser les secteurs les plus intéressants, de voir les produits qu'ils fabriquent, les machines qu'ils utilisent et enfin, connaître également d'autres domaines comme les aspects juridiques, la zone dans laquelle nous pourrions nous établir, etc. En définitive, il faut étudier et savoir dans quel environnement économique nous allons évoluer.

ENTREPRENEUR

Si un entrepreneur doit s'aventurer dans un secteur comme le vôtre, quels sont les facteurs à prendre en compte pour réussir dans le monde des affaires ?

Il doit surtout analyser quel est le marché le plus approprié, expérimenter tout d'abord comment le marché européen accepte son produit. Je lui recommanderais également de chercher un partenaire ou un conseiller fort d'une expertise... et en avant marche !

Quel est le secret que vous pourriez confesser et grâce auquel vos résultats sont si bons ?

Respecter systématiquement les engagements pris

Quelles erreurs avez-vous commises dans votre expérience en tant qu'entrepreneur ? Conseilleriez-vous aux futurs entrepreneurs de les éviter ou font-elles grandement partie de l'apprentissage nécessaire pour atteindre le succès ?

Comme je l'ai dit, pendant la crise de 1993, j'ai payé les conséquences de ne pas avoir suffisamment fait attention à la partie de gestion d'entreprise.

Désormais, grâce à la leçon apprise, je conseille vivement à tous les futurs entrepreneurs de ne pas laisser de côté cette rubrique et de lui accorder toute leur attention.

Par ailleurs, tout bon entrepreneur ne doit pas avoir peur d'échouer, pourvu que cela lui permette de les rectifier et d'avancer.

INNOVATION

Votre PME a reçu plusieurs prix, dont notamment celui de la PME de l'année décerné par CEPYME. Qu'est ce qui différentie Inoxpa des autres ? Quelle est votre valeur ajoutée dans un marché de plus en plus compétitif ?

À mon avis, l'innovation, ainsi que la mondialisation des marchés, sont les principaux vecteurs d'expansion de l'entreprise. En général, dans une entreprise de taille moyenne comme Inoxpa, l'innovation apporte peu. Eu égard aux pays émergents qui représentent 50 % de notre production, nous essayons d'améliorer leurs processus de fabrication à l'aide de petites installations qui s'adaptent à leur petite production. C'est le cas des mini-laiteries de 500 à 5 000 l/ jour, alors que nous parlerions de 1 000 000 l/ jour dans les marchés développés.   En définitive, nous devons innover en fonction des besoins de chaque marché.

Si nous considérons l'importance de l'innovation aujourd'hui, quels processus devraient être menés à bien pour innover dans l'entreprise ?

Le développement de nouveaux équipements et le soutien dans des centres spécialisés dans les processus alimentaires sont vitaux car la technique de fabrication des équipements, ainsi que la technologie des processus pour la fabrication des produits alimentaires forment une symbiose incontournable.

À votre avis, quels sont facteurs qui ont des conséquences ou qui défavorisent l'entreprise ?

Je ne connais pas les aides qui sont accordées dans d'autres pays, mais je citerais comme exemple trois cas concrets auxquels nous avons été confrontés : Au Portugal, pays où la crise économique actuelle a eu de grandes répercussions, Inoxpa détient un centre de fabrication et un département technique pour le développement d'équipements. Il y a trois ans, un crédit nous a été accordé afin de développer plusieurs équipements pour l'industrie pharmaceutique. Il prévoyait que si nous atteignions des objectifs en termes d'emploi et d'exportation définis dans le contrat, une bonification de 50 % du montant total nous serait accordée. Je peux affirmer qu'ils ont respecté rigoureusement ce qui avait été convenu. L'Inde, où nous disposons d'un centre de R&D pour les vannes et les pompes destinées à l'industrie alimentaire, prévoit des abattements fiscaux de 200 % sur l'investissement réalisé en matière d'innovation. En Espagne, en 40 ans d'expérience, Inoxpa a obtenu des crédits remboursables sur le long terme. Avec la crise, les aides fiscales ont diminué. Nous espérons que les améliorations annoncées par le gouvernement favorisent la création de nouveaux centres de recherche et incitent le développement de produits dans les entreprises.

LES DIFFICULTÉS

Y a t-il quelque chose de particulièrement difficile pour une PME ?

Au jour d'aujourd'hui, si nous considérons que le monde est plus complexe en termes de lois, de règlementation fiscale, de normes, d'homologations, d'analyse de marché, d'innovation, etc., la gestion d'une entreprise est plus difficile et ses structures sont plus complexes et comportent un organigramme couteux et difficilement supportable. Il est donc indispensable que des unités auxiliaires solides et du personnel spécialisé se structurent au niveau des associations d'entreprises afin que l'entrepreneur ait des points de référence et de soutien. Le gouvernement et les associations d'entreprises démontrent ces préoccupations mais il faut des structures qui regroupent tous ces soutiens afin que nous nous sentions épaulés. À titre d'exemple, je peux vous raconter que nous avons trouvé un concurrent d'un grand pays émergent qui commercialise ses produits sur le marché espagnol au même prix de vente de sa maison-mère dans son pays d'origine. Nous nous sommes demandés comment cela était possible et nous nous sommes adressés à deux associations d'entreprises et à une Chambre de commerce, mais les réponses sont restées vagues et peu consistantes.

Le secret pour survivre pendant la crise…

Nous devons penser que ni les époques de splendeur, ni la crise économique ne vont toujours durer. En période d'abondance, nous devons penser à établir les bases d'épargne et de solvabilité pour faire face à la crise et au contraire, nous devons profiter des époques de stagnation de l'activité économique pour chercher des opportunités permettant de se placer dans une position avantageuse par rapport à la concurrence. Si nous pensons que l'anticipation est ce qui nous permettra peut-être de subsister, il est certain que nous ne pouvons pas vivre les deux étapes en ne pensant qu'à l'optimisme ou qu'au pessimisme qui conditionnent chacune d'elles.

Le côté positif et négatif de passer une crise…

En tant que personne, je pense que pendant les crises, on apprend à souffrir et à lutter, ce qui nous renforce personnellement et consolide également l'entreprise. En somme, notre vécu nous sert d'expérience pour l'avenir. La partie négative est probablement la solitude dans laquelle on se trouve face à des situations difficiles et inconnues.

LE FUTUR

Sans innovation, sans s'ouvrir à de nouveaux marchés, y a t-il un avenir ?

Nous nous sommes posés cette question dans les années 1980 lorsque nous avons envisagé d'être présents sur le marché français et d'établir une agence à Perpignan.

Votre plan stratégique passe par l'investissement dans des pays en voie de développement. Pourquoi ?

Je n'envisage pas de faire un choix entre pays émergents et pays développés. Je pense qu'il faut être présent dans les deux grandes régions.  Dans les premiers, en proposant des équipements pour la production de denrées élémentaires et en essayant d'être attentifs à l'évolution du niveau de vie car, au fur et à mesure qu'il augmente, leurs besoins grandiront et ils essaieront de consommer des aliments avec de plus grandes qualités nutritionnelles. Dans les pays développés, nous devons prévoir de nous spécialiser et d'étoffer nos connaissances en matière de cosmétique et de pharmacie haut de gamme, dans des zones industrielles bien concrètes, en ne pensant pas forcement en termes de pays mais plutôt en termes de grands centres de production spécialisés (cosmétique haut de gamme : Paris ; pharmacie : Suisse, etc.)

Où devrait être Inoxpa dans cinq ans ?

Je suis fermement convaincu qu'un travail honorable et constant doit être récompensé et devrait nous permettre d'être une entreprise de premier plan. Mais je ne me réfère pas seulement à Inoxpa en tant qu'entreprise, mais également à toutes les personnes qui la composent car nous devrons être capables de grandir en termes de connaissance, de richesse et de bien-être.

CAPITAL HUMAIN

Le capital humain est l'un des principaux actifs d'Inoxpa. Pourquoi ?

Le futur de l'entreprise n'est pas le fruit d'une seule personne mais celui d'un ensemble de professionnels qui apportent conjointement leur savoir, leur honnêteté et leur travail à la marque.

Que transmet-elle aux personnes qui travaillent à ses côtés ?

Inoxpa, qui était au départ une aventure personnelle, avancera si nous sommes capables de devenir un groupe qui enthousiasme les personnes qui la composent. Si avec notre travail, notre service et nos améliorations, nous réussissons à ce que le marché nous reconnaisse comme étant une marque solide, respectable et respectueuse de ses engagements.

EN RÉSUMÉ

  • La clé de la réussite de l'entreprise : Persévérance
  • Un objectif clair : Santé
  • Un site : Banyoles et son lac
  • Un endroit pour se perdre : L'Inde
  • Un plat préféré : Du pain à la tomate et du jambon.
  • Une boisson : Du vin
  • Des penchants : INOXPA
  • Des sports : Parcourir le monde
  • Une équipe de football ? Le Barça
  • Un film : Out of Africa
  • du temps pour, ... penser

RÉSEAUX
SOCIAUX
MODULES
SOLUTIONS
RECHERCHE
CERTIFICATS
SÉLECTEUR
POMPES
BON
À SAVOIR
TÉLÉCHARGEMENTS
VIDÉOS
banner banner banner banner